L’histoire des chaps western

La première forme de chaps utilisées par les cavaliers qui avaient à rassembler le bétail en Espagne et au Mexique s'appelait « armas », ce qui signifiait «boucliers».  Essentiellement, il s’agissait de deux grands morceaux de peau de vache utilisés comme une sorte de tablier protecteur. À partir de ce design quelque peu précoce et plutôt encombrant, des modifications ont été apportées au fil du temps et différents styles sont apparus avec les cowboys en provenance du Mexique montant dans la côte du Pacifique et dans les Rocheuses du Nord qui sont aujourd'hui les États-Unis et le Canada. 

Cowboy 1848A l'origine, le vaquero texan (Mexicain) portait des pantalons de toile ou de laine avec pardessus, des chaps en cuir ou en laine par temps froid pour se protéger. Par leurs moyens limités, beaucoup de vêtements des premiers vaqueros étaient en cuir. Ils adaptaient leur tenue aux rudes conditions de travail.  C’est en 1884 que le dictionnaire de l'anglais régional américain note l'utilisation du mot "schaps" dans le Wyoming.

Le style a évolué pour s'adapter au climat, au terrain et aux dangers locaux. Il est dit que certaines caractéristiques de conception des chaps sont  également inspirées, voire copier des jambières portées par les Amérindiens. À des fins stylistiques et décoratives, les dessins et les conchos ont été ajoutés.

On reconnait différents modèles de chaps. Les « chinks » étaient portées par les vaqueros de Californie et du Sud-Ouest, qui cherchaient une plus grande polyvalence et une plus grande circulation de l'air dans les climats chauds. La frange s’arrête deux à quatre pouces au-dessous du genou, juste assez pour brosser les bottes du cavalier, et est fixée sur la partie supérieure de la cuisse par de fines lanières.

Le design de la jambe ouverte du « batwing chaps » qui ne boucle qu’autour de la jambe supérieure permet une circulation d'air maximale et une liberté de mouvement, tandis que les volets qui couvrent toute la longueur de la jambe offrent une protection contre les arbres.  Les cowboys qui participent à des épreuves de rodéo favorisent la flexibilité de la coupe ouverte du batwing, ainsi que le rabat que les maîtres du cuir modernes ont embellis pour souligner chaque monte de taureau sauvage !

Largement utilisé par les cowboys du Texas à la fin des années 1870, le modèle « Shotgun » est le plus ancien.  Ces chaps se caractérisent par une jambe droite et étroite. Chaque jambe est coupée d'une seule pièce de cuir enroulée complètement autour de la jambe. Ils ont aujourd’hui des fermetures à glissière pleine longueur qui courent le long de la cuisse juste au-dessus de la cheville.  Le bord de chaque jambe est généralement frangé. Elles ont un avantage par temps froid et dans des conditions climatiques venteuses ou neigeuses. Mais peuvent être bien désagréables dans un climat chaud.

Les « Woolies » sont fabriquées en fourrure, souvent en chèvre angora, doublées de toile à l'intérieur. Ce sont les chaps les plus chaudes, associées aux plaines du nord et aux Montagnes Rocheuses. Elles apparurent sur les Grandes Plaines quelque part autour de 1887.

Source :


 Wild West Cowboy Facts Chaps, Cowboy Leggings